La presse en parle (02/04/2017) Interview: Katja Schwemmers. Album: (sortie le 7 Avril) Thomas ANDERS “Pures Leben”.

Quelques extraits:

Thomas ANDERS chante en allemand… Son interview à 2 jours avant la sortie de son nouvel album. En tant que chanteur de MODERN TALKING, Thomas ANDERS

a écrit une partie de l'histoire de la pop allemande. Un artiste sympathique l'une des rares stars allemandes qui a gagné une notoriété internationale. Tout a commencé dans les années quatre vingt en duo avec Dieter Bohlen, Thomas Anders a développé au fil des ans dans une longue carrière solo.

Les résultats parlent d'eux – mêmes: 125 millions de disques vendus, plus de 420 disques d'or et de platine et dans le monde plus de 250 000 spectateurs par an dans ses concerts. Avec "Pures Leben", "Pure Life" en anglais, il publie son premier album en langue allemande.

M. Anders, vous portez maintenant une barbe !

Toujours. Probablement elle est plus visible maintenant, car elle est grisonnante et un peu plus longue. Je me rase tous les cinq jours.

Est – ce une barbe tendance branchée?

Branchée c'est fini. Branchée quand vous êtes jeune. Je ne suis pas un top modèle, simplement je dois vendre comme un artiste un peu de sex-appeal. À mon âge, on peut seulement essayer d'être sexy. Mais je vous rassure je me sens très bien comme ça, quand je me regarde tout va bien. Je n'ai jamais été un garçon qui se vautre dans la boue. J'aime toujours le bon style, des comportements respectueux et le raffinement esthétique. Je pense que c'est surtout l'attitude d'une personne qui la rend belle, l'attitude et la confiance en soi.

Quelle personnalité correspond à votre image esthétique?

En tout cas, George Clooney pourrait correspondre.

Vous venez de rentrer de plusieurs concerts aux États – Unis …

J'étais l'année dernière à New York. Je suis allé à Toronto, Houston, San Jose, Washington, Seattle et Boston. À Los Angeles, 10.000 personnes sont venues à mon concert.

C'est fou! Comment vivez-vous ce succès ?

Sur scène je me sens toujours à l'aise. Mais c'était tout simplement génial. Surtout en 2015, quand mon Manager m'a dit "tu as une demande pour un concert à Los Angeles", je lui dis, "tu es sur, il n'était pas en état d'ébriété, pourquoi devrais-je aller à Los Angeles ?" Et il me répond: "Non, c'est sérieux, le gars qui m'a fait la demande veut faire le concert !" Et je lui demande: "Ok, dans quel club parce que…" Et mon Manager me répond: " Ce n'est pas un Club, c'est le Starlight Bowl ! 5000 spectateurs avec l'option pour un concert supplémentaire." "Comme je vous le dis, je pensais que l'organisateur était totalement surmédicamenté. Je ne pouvais pas imaginer que nous avions signé le contrat. Six semaines plus tard, il était très clair que l'option pour un deuxième concert était confirmé. Et au total 10.000 personnes sont venues. Et pendant deux années consécutives et en mars dernier avec trois concerts à guichets fermés.

"Pures Leben" est votre nouvel album, vous revenez ainsi à vos racines. Pourquoi chanter en allemand aujourd'hui ?

Je pourrais vous répondre: "Pourquoi pas?" Mais la raison en fait c'est quand je regarde en arrière avec plusieurs décennies de carrière j'aime m'essayer à de nouvelles choses, de nouvelles expériences – comme cela a déjà été le cas en 2006, avec un album très swing "Songs Forever", un album de Noël ou encore un album commun avec Uwe Fahrenkrog-Petersen. Au cours de ces dernières années je me suis trouvé plus en phase dans la façon que j'entends la musique allemande plus dans façon dont j'entends musique allemande comme Gregor Meyle, j'aime ça. Il y a 20 ans j'aurais haussé les épaules car la musique allemande n'était pas celle que je voulais entendre à la radio. Mais maintenant il y a tellement de grandes chansons telles que "80 Millionen“ de Max Giesinger. Aujourd'hui la langue allemande s'est émancipée. Elle est devenue plus moderne et l'interprétation dans la musique est différente. En plus aujourd'hui vous ne parlez plus comme il y a 30 ans, il y a de la fraîcheur avec la jeune génération, la langue allemande évolue.

Votre nouvel album sonne vraiment positif. Êtes – vous toujours optimiste?

C'est juste mon attitude. Pour moi le verre est toujours à moitié plein. Cela rend parfois ma femme folle. Mais soit vous portez une attention plus soutenue sur le bon, le bien et le beau, autrement dit le verre à moitié plein, et il y a de fortes chances pour que cette période se transforme positivement. Tout en demeurant réaliste, il est de notre pouvoir personnel de préférer regarder plutôt le verre à moitié plein, de cultivez la gratitude pour ce que vous avez déjà, et de modifiez vos filtres de perception. Même si vous traversez une période difficile, posez-vous la question : "Que dois-je apprendre de cette situation ? Quel bénéfice puis-je en retirer ? ", cherchez, vous trouverez…

Vous considérez- vous comme un artiste qui vit tout en profitant du bonheur aussi?

Bien sûr. En fait il faut être d'humeur toujours positive, et de reconnaître le côté positif même dans des moments pas simples ! À mon avis beaucoup l'ont oublié. Avec la vitesse dans laquelle nous vivons aujourd'hui, où tout est mis en arrière plan, nous cherchons toujours les petites choses qui font du bien.

Tout récemment qu'est-ce qui vous a rendu heureux ?

Oh, cela semble tout à fait banal. Hier j'étais chez moi dans le jardin, et le soleil s'est levé tout à coup. Et je vois pour la première fois cette année les bourgeons. Ma femme a un énorme buisson de camélias avec une centaine de fleurs juste devant la fenêtre de mon bureau. ça commence à fleurir, cela me rend heureux. Ou si quelqu'un me parle dans la rue et me dit: "Ravi de vous voir, Monsieur Anders", je suis également heureux.

Est – ce la sagesse de vieillir?

C'est quelque chose que vous ne pouvez pas apprendre. J'ai toujours une pensée très positive, mais avec l'âge on obtient beaucoup plus de profondeur, plus de facilité. La légèreté plus facile pour sentir les choses plus profondément.

Quels sont les moments dans la vie qui vous ont rendu plus humble?

Plusieurs. Ma maman qui est partie il y a huit mois. Chaque fois que possible, je prends soin de mon père. Il a 86 ans.

Vous allez chez le médecin ou parfois à l'hôpital?

Je n'ai jamais eu de chirurgie, au mieux une visite de quelqu'un à l'hôpital. Mais là vous devenez rapidement humble, quand vous vous rendez compte que vous êtes du côté ensoleillé, quand en revanche vous voyez les malades à l'hôpital.

Et si je vous demande trois moments qui ont changé votre vie?

La naissance de mon fils il y a 15 ans. Cela a tout changé. Il m'a rendu plus responsable. J'étais présent à sa naissance. Et non, je ne me suis pas évanoui ou pleuré. Cette naissance m'a changé et m'a appris à connaître ma femme. Ma femme est une personne qui a trouvé une place dans ma vie et je dis que je veux vieillir avec elle. Je ne sais pas s'il y a encore un troisième moment.

 

Interview complète sur:http://http://www.klatsch-tratsch.de/2017/04/02/thomas-anders-singt-deutsch-das-interview-zum-neuen-album/305325

 

Photos: Ben Wolf